Occitanie

Lutte contre la légionellose

Article
Visuel
Legionellose
La légionellose, plus connue sous le nom de « maladie du légionnaire », est une infection pulmonaire grave causée par une bactérie nommée Legionella.Ce n'est pas une maladie contagieuse, elle se transmet par inhalation de micro-gouttelettes d’eau contaminée diffusées en aérosols. La légionellose est une maladie à déclaration obligatoire.
Corps de texte

Les bactéries du genre Legionella, présentes naturellement dans les milieux hydriques naturels ou artificiels, croissent et se multiplient dans les eaux tièdes. Elles provoquent une infection pulmonaire : la légionellose. Cette maladie n'est pas contagieuse mais certaines formes peuvent avoir une évolution grave.

L’homme se contamine par inhalation de microgouttelettes d’eau contaminée diffusées en aérosols.

La légionellose est une maladie à déclaration obligatoire (DO) auprès de l’ARS. Cette déclaration donne lieu à une enquête clinique et environnementale réalisée par l’ARS pour rechercher l’origine de la contamination et faire cesser l’exposition des personnes.

Chacun d’entre nous peut être concerné.

Le risque de maladie augmente avec l’âge et plus particulièrement chez les fumeurs. Les personnes dont le système immunitaire est affaibli par certaines pathologies (diabète, cancer) sont aussi plus vulnérables.

> En savoir plus, télécharger ici la plaquette d'information du Ministère chargé de la santé

La gravité de l’infection dépend de plusieurs facteurs, notamment de la virulence de la souche contractée et de la vulnérabilité de l’individu (tabagisme, âge, personnes immunodéprimées, transplantées, personnes atteintes de diabète, d’insuffisance rénale, coexistence d’une maladie chronique…).

Les conséquences sanitaires des expositions aux légionelles peuvent prendre la forme :

• d’infections non-pulmonaires de type grippal (fièvres de Pontiac notamment) dont l’issue est généralement favorable ;

• d’infections pulmonaires graves, la légionellose.

La légionellose est une pneumopathie sévère. La létalité, bien que plus faible que par le passé, atteint 11%.

La légionellose se traite avec des antibiotiques. La durée du traitement est généralement de 14 à 21 jours. La plupart des patients atteints doivent être pris en charge à l’hôpital. Les cas de légionellose notifiés correspondent souvent à des personnes hospitalisées en réanimation ou en unité de soins intensifs. La guérison est obtenue souvent après plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Quand le diagnostic et le traitement interviennent tôt, l’issue est généralement favorable.

Chacun d’entre nous peut agir chez soi pour lutter contre l’exposition aux légionelles en :

• faisant couler l’eau froide et l’eau chaude au moins 1 fois par semaine au niveau des points d’eau qui sont peu utilisés (évier, lavabos, douche, etc.) et après chaque période d’absence prolongée, pour tous les points d’eau avant de les réutiliser (notamment la douche) ;

• surveillant la température de l’eau chaude au domicile : elle doit être très chaude mais pas « bouillante » (au moins 50°C et au plus 60°C au niveau de l’évier de la cuisine)

• procédant régulièrement au détartrage et à la désinfection des embouts de robinetterie (brise-jets, pommeaux de douches, etc.) ;

• utilisant de l’eau stérile pour les appareils biomédicaux (nettoyage et remplissage des appareils d’oxygénothérapie ou de lutte contre l’apnée du sommeil

En fonction du type d'installation et du type d'établissement, la règlementation impose une surveillance spécifique. Pour en savoir plus sur les risques liés aux légionelles :

  • dans les spas
  • dans les hôtels et résidences de tourisme et les campings
  • dans les réseaux d’eau sanitaire des bâtiments d’habitation, locaux de travail, établissements de santé et autres établissements recevant du public
  • dans les tours aéroréfrigérantes

Consultez le site du Ministère chargé de la santé

 

Comment réaliser des prélèvements ?

Les prélèvements et les analyses de légionelles nécessitent l’intervention de personnels et laboratoires disposants de l’agrément COFRAC. Vous trouverez ici  un mode opératoire pour faciliter votre recherche

 

Aller plus loin

Documents à télécharger

Liens utiles