Occitanie

Radon

Article
Le radon est un gaz radioactif naturel qui provient essentiellement des sols granitiques et volcaniques. Ce gaz diffuse dans les sols et peut alors pénétrer dans les habitations principalement en raison du manque d’étanchéité (fissures, canalisations,...) entre le sol et la partie habitée.
Corps de texte

Il a été reconnu cancérigène pulmonaire certain pour l’homme depuis 1987 par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’Organisation mondiale pour la santé (OMS) et représente en France la deuxième cause de cancer du poumon après le tabac.

C’est donc un enjeu majeur de santé publique.

Contexte national

La gestion de ce risque est devenue une priorité des autorités avec son inscription respectivement dans la Directive européenne Euratom 2013/59/UE ainsi que dans la réglementation française et dans plusieurs plans nationaux (les plans nationaux santé environnement dont le PNSE 2015-2019, les plans nationaux pour la gestion du risque lié au radon, le plan cancer 2009-2013 ).

Le risque sanitaire lié au radon étant méconnu du grand public, il convient de le sensibiliser à ce polluant de l’air intérieur et aux moyens de réduire son exposition. C’est pourquoi, le 3ème plan national d’actions pour la gestion du risque lié au radon inscrit en première priorité le développement d’une stratégie d’information et de sensibilisation du public et des acteurs concernés par ce risque (professionnels du bâtiment, collectivités, professionnels de santé,…).

Le radon en Occitanie

En région Occitanie, presque tous les départements sont concernés par le radon (présence de communes à potentiel « moyen à élevé »selon la carte de l’IRSN) ; seuls le Gers et le Tarn et Garonne sont très peu concernés.

Les PRSE2 (2010-2014) du Languedoc Roussillon et de Midi Pyrénées comprenaient déjà des actions de prévention de l’exposition au radon (actions 12 en Languedoc-Roussillon et 41 en Midi-Pyrénées).

Le plan régional Santé-environnement 3 Occitanie, en cours d’élaboration, a été soumis à la consultation du publique en juillet 2017. Il prévoit dans son axe 4 « Prévenir ou limiter les risques sanitaires dans les espaces clos », 5 mesures concernant la qualité de l’air intérieur et le radon :

  • Action 4.1 : Sensibiliser et former au lien entre qualité de l’air intérieur et santé

    • Sensibiliser et former les professionnels du bâtiment à la qualité de l’air intérieur et au risque radon
    • Sensibiliser les gestionnaires et personnels d’ERP accueillant des enfants à la qualité de l’air intérieur et au risque radon
    • Sensibiliser et former les professionnels de santé sur les liens entre qualité de l’air intérieur et santé
  • Action 4.2 : Accompagner la gestion du risque radon dans l’habitat
    • Informer la population et les acteurs relais sur le risque radon et les précautions à prendre
    • Accompagner la gestion du risque radon dans l’habitat dans les zones à potentiel radon

Dès l’hiver 2017/2018, l’ARS Occitanie s’engage pour déployer sur certains territoires une campagne de dépistage du radon dans l’habitat individuel et une sensibilisation à ce risque.

Pour connaître le potentiel radon de sa commune, cliquez sur : Carte IRSN

La surveillance de l’exposition au radon dans certains Etablissements recevant du public (ERP) comme les écoles est obligatoire dans les 31 départements « prioritaires » définis par l’arrêté du Ministère de la santé du 22 juillet 2004. Sont concernés en région Occitanie 4 départements : Ariège, Aveyron, Lozère et Hautes Pyrénées.

Répartition communale du potentiel radon géogénique en Occitanie

 Mesures de prévention du  radon

1. Mesurer le radon et agir

La mesure de radon se fait à l’aide d’un dosimètre. Cette mesure se fait généralement pendant la période hivernale, durant laquelle le bâtiment est moins bien ventilé.

En dehors de la campagne de dépistage proposée par l’ARS, les occupants peuvent prendre eux-mêmes l’initiative d’estimer leur niveau d’exposition, en achetant un dosimètre qui doit être conforme à la norme NF ISO 11665-4.

On distingue 3 niveaux d’exposition en fonction de la concentration intérieure de radon :

  • en dessous de 400 Bq/m3 : pas de mesure correctrice particulière, cependant bien aérer et ventiler de manière à diminuer les concentrations de radon (phénomène de dilution) ;
  • entre 400 et 1000 Bq/m3 : Il est fortement recommandé d’agir. Engager des actions correctrices pour réduire le niveau de radon aussi bas que possible ;
  • supérieure à 1000 Bq/m3 : Attention, le risque est important, il est impératif d’agir. Effectuer sans délai des actions simples sur le bâtiment. Faire appel à un professionnel du bâtiment.

(NB : La directive Euratom 2013/59/UE qui sera prochainement transposée en droit interne abaissera la 1ère valeur de référence de 400 à 300 Bq/m3).

2. Empêcher le radon d'entrer dans le bâtiment.

Le radon provient essentiellement du sol, il est indispensable de s’assurer de l’étanchéité à l’air de l’interface sol-bâtiment. Cette imperméabilité concerne principalement les joints entre le sol et les murs (souvent derrière les cloisons). Il faut également veiller à obturer les fissures du plancher, du mur et les passages de réseaux dans les dalles ainsi que le drainage à l'intérieur des gaines. Il est important également de traiter le soubassement (vide sanitaire, cave, dallage sur terreplein), en le ventilant (soit mécaniquement, soit naturellement) soit en le mettant en légère dépression par rapport au volume habité par extraction mécanique lorsque cela est possible.

Généralement, un vide sanitaire correctement ventilé suffit à empêcher la pénétration du radon dans l’habitat.

3. Evacuer le radon présent

Une bonne ventilation naturelle ou mécanisée du bâtiment permettra d’évacuer le radon résiduel. Une aération régulière des locaux par l’ouverture raisonnée des ouvrants permet encore d’améliorer l’élimination du radon mais aussi des autres polluants de l’air intérieur. La ventilation en double flux en surpression peut aussi freiner la pénétration du radon.