Occitanie

Canicule et fortes chaleurs : particuliers et professionnels de santé, tous concernés

Article
Visuel
Canicule, fortes chaleurs : soleil méchant
En période de fortes chaleurs ou de canicule, des conseils de prévention sont à respecter, notamment pour les personnes âgées, les enfants et les femmes enceintes
Corps de texte

Avec l’intensification annoncée de la canicule, le ministère des Solidarités et de la Santé a lancé la diffusion de spots en radios et télévisions à partir du 31 juillet.

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a réuni le 31 juillet au ministère les différents acteurs impliqués dans la mise en œuvre du Plan national canicule pour faire un point de situation et annoncer la diffusion nationale de spots d’information.

Professionnels de santé

Un nouvel épisode de canicule est prévu dès aujourd’hui en Alsace, Bourgogne et autour du pourtour méditerranéen en plus des départements déjà touchés en Auvergne-Rhône-Alpes et dans le sud de la France. Dès jeudi, les températures seront en nette hausse dans le sud-ouest et les fortes chaleurs s’étendront, dès vendredi, à une très large moitié nord du pays. Les nuits deviendront très chaudes, notamment en ville. Selon Météo-France, ces températures très élevées devraient persister au moins jusqu’en début de semaine prochaine.

Dans ce cadre, nous vous sollicitons pour sensibiliser vos patients, notamment les plus fragiles (personnes âgées, handicapées ou fragiles isolées, femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants…), aux risques liés à la chaleur et à relayer les recommandations de prévention qui figurent sur le site Internet du ministère : Canicule et fortes chaleurs. Des affiches et des dépliants y sont notamment disponibles en téléchargement en cas de besoin : http://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/risques-climatiques/canicule

Vous pouvez également orienter vos patients vers la plateforme téléphonique « Canicule Info Service » du ministère des Solidarités et de la Santé qui permet d’obtenir des conseils pour se protéger et protéger son entourage, en particulier les plus fragiles : 0800 06 66 66 (appel gratuit depuis un poste fixe en France, du lundi au samedi de 9h à 19h).

Pour vous aider dans votre pratique, par exemple pour adapter les traitements de vos patients atteints de maladies chroniques ou vos patients âgés, vous pouvez consulter :

Le « Repères pour votre pratique » de Santé publique France : Fortes chaleurs : prévenir les risques sanitaires chez la personne âgée - Repères pour votre pratique - Mars 2015 - http://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1033.pdf

Le dossier Internet de l’ANSM sur « Canicule et produits de santé » http://www.ansm.sante.fr/Dossiers/Conditions-climatiques-extremes-et-produits-de-sante/Canicule-et-produits-de-sante/

Votre santé est en danger lorsque la température extérieure est plus élevée que la température habituelle.

- La chaleur fatigue toujours
- Elle peut entraîner des accidents graves et même mortels, comme la déshydratation ou le coup de chaleur
- La pollution de l’air et l’humidité aggravent les effets liés à la chaleur.

Ces risques peuvent survenir dès les premiers jours de chaleur.

Des gestes simples permettent d’éviter les accidents. Il faut se préparer AVANT les premiers signes de souffrance corporelle, même si ces signes paraissent insignifiants.

Canicule, fortes chaleurs : adoptez les bons réflexes

Rafraîchir son habitation

Pour rafraichir votre habitation, pensez à fermer vos volets ou rideaux et à maintenir les fenêtres fermées dans la journée. Pensez également à provoquer des courants d’air dès que la température extérieure est plus basse que la température intérieure (généralement le matin, le soir et la nuit). Évitez le plus possible d’allumer les lumières et plus généralement les appareils électroniques.

Si vous ne parvenez pas à rafraichir votre habitation, passez au moins 2 ou 3 heures par jour dans un endroit frais : grands magasins, cinémas, lieux publics...

Éviter de sortir

Évitez de sortir à l’extérieur aux heures les plus chaudes (11h – 21h). Si vous sortez, restez à l’ombre en portant un chapeau et des vêtements légers et amples, de couleurs claires.

Pensez à vous désaltérer

  • buvez régulièrement et sans attendre d’avoir soif, au moins 1 litre et demi à 2 litres par jour, sauf en cas de contre-indication médicale ;
  • ne consommez pas d’alcool, qui altère les capacités de lutte contre la chaleur et favorise la déshydratation ;
  • évitez les boissons à forte teneur en caféine (café, thé, colas) ou très sucrées (sodas) car ces liquides augmentent la sécrétion de l’urine ;
  • en cas de difficulté à avaler les liquides et pour diversifier les apports buvants, prenez de l’eau sous forme solide en consommant des fruits (melons, pastèques, prunes, raisins, agrumes) et des crudités (concombres, tomates, sauf en cas de diarrhées), des compotes, sorbets, yaourts…etc..
  • évitez les activités extérieures nécessitant des dépenses d’énergie trop importantes (sports, jardinage, bricolage, etc.).
  • il est déconseillé de boire ou de manger (très) glacé.

En période de fortes chaleurs, la chloration de l’eau du robinet peut être accrue pour des raisons de sécurité sanitaire d’ordre microbiologique. Le goût de chlore peut disparaître si vous laissez l’eau se reposer quelques minutes après l’avoir tirée du robinet.

 

En cas d’épisode de forte chaleur, un numéro d’information est mis à disposition du public :

0800 06 66 66 appel et service gratuit, depuis un téléphone fixe

Certaines personnes âgées peuvent ne pas avoir conscience de la perception de la soif.

Si le sujet mange peu ou moins que d’habitude, la diminution des apports hydriques d’origine alimentaire doit être compensée par une hydratation supérieure. De plus, l’élévation de la température corporelle doit s’accompagner d’une augmentation conjointe de l’hydratation : par exemple, il faut consommer 0,5 l d’eau supplémentaire par jour si sa température passe de 37 à 38 °C.

Si vous êtes une personne isolée, pensez à vous inscrire sur le registre communal mis en place par votre mairie. Ce registre permet de localiser les personnes isolées pouvant être en difficulté, notamment en cas de canicule, afin de leur proposer une aide adaptée si nécessaire.

La chaleur expose les nourrissons et les enfants au coup de chaleur et au risque de déshydratation rapide. Prenez des précautions en limitant les sorties et en respectant les recommandations générale : rester au frais et s’hydrater.

Quels sont les signes qui doivent alarmer chez les enfants ?

Les symptômes

  • signes du coup de chaleur tels que fièvre, pâleur, somnolence ou agitation inhabituelle, soif intense avec perte de poids.

Que faire ?

  • placez l’enfant dans une pièce fraîche, donnez-lui immédiatement et régulièrement à boire ;
  • faites baisser la fièvre par un bain, un à deux degrés au-dessous de la température corporelle ;

En cas de troubles de la conscience, de refus ou d’impossibilité de boire, de coloration anormale de la peau, de fièvre supérieure à 40°C, appelez sans tarder le Samu en composant le 15.

Enfants asthmatiques

  • signalez votre enfant aux responsables des structures qui l’accueillent (école, club sportif, de loisirs, de vacances) ;
  • en milieu scolaire, l’enfant asthmatique peut bénéficier d’un projet d’accueil individualisé.

Les fortes chaleurs sont susceptibles d’entrainer l’élévation des niveaux de certains polluants (ozone, particules), comme notamment lors des « pics » de pollution atmosphérique (dépassement des seuils d’information ou d’alerte).

Chez les personnes sensibles, des manifestations pathologiques peuvent apparaitre : conjonctivite, rhinite, toux, gêne respiratoire, essoufflements, voire malaises, réversibles en quelques heures. Chez les sujets asthmatiques, notamment les enfants, augmentation de la fréquence des crises d'asthme.

  • crampes musculaires dans l’abdomen, les bras, les jambes, etc. survenant surtout si on transpire beaucoup lors d’activités physiques.
  • épuisement lié à la chaleur survenant après plusieurs jours de chaleur surtout chez les personnes âgées : étourdissements, faiblesse et fatigue, insomnie ou agitation nocturne inhabituelles.
  • les insolations sont liées à l’effet direct du soleil sur la tête et sont favorisées par la chaleur : maux de tête violents/état de somnolence/nausées et éventuellement perte de connaissance/fièvre élevée avec parfois brûlures cutanées.

Les symptômes qui doivent alerter

  • forte température corporelle qui peut atteindre et dépasser 40 °C
  • grande faiblesse/grande fatigue ;
  • étourdissements, vertiges, troubles de la conscience ;
  • nausées, vomissements ;
  • crampes musculaires ;
  • température corporelle élevée ;
  • soif et maux de tête ;
  • tenue de propos incohérents ;
  • perte de l’équilibre, perte de connaissance et/ou convulsions.

Que faire ?

En cas de survenue de ces symptômes, contactez le 15 sans attendre

  • demandez une assistance médicale au plus vite : appeler le 15 ;
  • en attendant, effectuez les manœuvres de refroidissement : placer le sujet à l’ombre et le refroidir en l’aspergeant d’eau froide et le ventilant, ou donner une douche froide ou un bain frais ;
  • en cas de coup de chaleur, ne prenez pas de vous-même un médicament destiné à faire baisser la fièvre ou contre la douleur  (AINS type ibuprofène, aspirine à dose supérieure à 500 mg/j ni paracétamol).

Que doit-on faire si on prend des médicaments et qu’il fait chaud ?

  • Consultez votre médecin lorsque le suivi médical n’est pas assuré régulièrement, en particulier lorsque la dernière consultation remonte à plusieurs mois.
  • Le médecin procédera à un bilan complet et réévaluera si nécessaire le traitement médicamenteux.
  • Ne prenez pas de nouveaux médicaments sans avis médical, même lorsqu’ils sont en vente sans ordonnance.
  • En cas de coup de chaleur, ne prenez pas de vous-même un médicament destiné à faire baisser la fièvre ou contre la douleur (AINS type ibuprofène, aspirine à dose supérieure à 500 mg/j ni paracétamol)

Les différents niveaux du Plan canicule

  • Niveau 1 – veille saisonnière

Activé automatiquement du 1er juin au 15 septembre, ce niveau de veille saisonnière correspond à la vigilance verte sur la carte de Météo France.

  • Niveau 2 - avertissement chaleur (carte de vigilance jaune)

Le niveau 2 correspond à un épisode de fortes chaleurs qui nécessite une attention particulière, en fonction des situation suivantes :

« pic de chaleur » : exposition de courte durée (un ou deux jours) à une chaleur intense présentant un risque pour la santé humaine, pour les populations fragiles ou surexposées, notamment du fait de leurs conditions de travail et de l’activité physique.
« épisode persistant de chaleur » : températures élevées qui perdurent dans le temps (supérieure à trois jours) pour lesquels les indices biométéorologiques (IBM) sont proches ou en-dessous des seuils départementaux ; ces situations constituant un danger pour les populations fragiles ou surexposées, notamment du fait de l’activité physique.

 

  • Niveau 3 - alerte canicule (carte de vigilance orange)

La canicule constitue une période de chaleur intense pour laquelle les IBM dépassent les seuils départementaux pendant trois jours et trois nuits consécutifs et susceptible de constituer un risque pour l’ensemble de la population exposée.

Quand un département est en vigilance orange sur la carte de Météo-France avec un pictogramme canicule (thermomètre), la décision de déclencher le niveau 3 – alerte canicule et d’activer les mesures du plan départemental canicule est de l’initiative du préfet de département avec l’appui de l’ARS.

  • Niveau 4 - mobilisation maximale (carte de vigilance rouge)

Le niveau 4 correspond à une canicule avérée exceptionnelle par sa durée, son intensité, son étendue géographique, à fort impact sanitaire, avec apparition d’effets collatéraux dans différents secteurs (sécheresse, approvisionnement en eau potable, saturation des hôpitaux, feux de forêts, nécessité d’aménagement du temps de travail ou d’arrêt de certaines activités…).

Il est déclenché au niveau national par le Premier ministre sur avis du ministre chargé de la santé et du ministre chargé de l‘intérieur.

Pour en savoir plus consultez le site du Ministère des Solidarités et de la Santé