La vaccination

Article

La vaccination est un geste de prévention permettant d’éviter des maladies infectieuses graves ou porteuses de complications graves et pour lesquelles il n’existe souvent aucun traitement.

Rougeole, coqueluche, tétanos, méningite… chacun peut être exposé au cours de sa vie à ces maladies infectieuses. La vaccination protège efficacement et durablement contre ces maladies, à condition d’effectuer les mises à jour. Se faire vacciner, c’est aussi protéger sa famille et ses proches.

Le bénéfice de la vaccination est double : elle permet de se protéger soi-même contre la maladie et ses complications éventuelles et surtout de protéger les autres, en ne diffusant pas la maladie à son entourage familial, amical, professionnel, aux personnes côtoyées en transports en commun ainsi qu’aux personnes fragiles (malades, femmes enceintes, bébés trop jeunes pour être vaccinés, personnes immunodéprimées, personnes âgées…).

A ce titre, l’atteinte d’un taux de couverture vaccinale élevé constitue un véritable enjeu de santé publique pour une protection collective.

L’objectif de l’ARS consiste donc à améliorer le niveau de couverture vaccinale pour les vaccins inscrits au calendrier des vaccinations (en règle générale 95%). En effet les maladies infectieuses à prévention vaccinale réapparaissent aussitôt que la protection vaccinale de la population s’affaiblit.

Quelles sont les obligations et recommandations en vigueur ?

Obligation vaccinale pour les enfants nés depuis le 1er janvier 2018
Seulement 6 rendez-vous pour les immuniser contre 11 maladies

L’obligation vaccinale a été étendue pour les enfants nés depuis le 1er janvier 2018, en passant de 3 vaccins obligatoires à 11 : diphtérie-tétanos-poliomyélite et coqueluche, Haemophilus influenzae de type B (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites), hépatite B, pneumocoque, méningocoque C, rougeole, oreillons, rubéole.
Grâce aux vaccins combinés, le nombre d’injections est limité et l’ensemble des vaccinations peut se faire en seulement 6 rendez-vous, entre les 1 mois et 18 mois de l’enfant.

Pour les autres enfants, les adultes et les personnes âgées, même sans obligation, les vaccinations sont indispensables. Faîtes le point avec un professionnel de santé.

La vaccination contre le papillomavirus (HPV) vient d’être étendue aux garçons

Depuis le 1er janvier 2021, les garçons peuvent bénéficier du vaccin contre le papillomavirus  humain jusqu’alors recommandé pour les filles de 11 à 14 ans. Les infections par le HPV sont le plus souvent inapparentes et disparaissent spontanément, mais leur persistance peut engendrer des pathologies graves comme des cancers.

La vaccination, c’est tout au long de la vie !

Toute la vie, en fonction de votre âge et de votre situation, il existe différents vaccins pour se protéger de maladies qui peuvent être graves. Pour vérifier si vous êtes à jour dans vos vaccins, le calendrier vaccinal est là pour vous aider !

 

 

Selon son activité professionnelle, certains vaccins peuvent également être obligatoires ou recommandés.

Ces vaccins inscrits au calendrier vaccinal sont remboursés par la sécurité sociale (à 65%) car la vaccination contre ces maladies est justifiée par un ou plusieurs facteurs de gravité : contagiosité, risque élevé de complications, mortalité, absence de traitement curatif.

Le plus souvent, les vaccinations sont réalisées par le médecin traitant ou le pédiatre qui sont les principaux acteurs de cette politique de prévention.

Des centres de vaccination publique complètent néanmoins l’offre et les vaccinations y sont réalisées gratuitement.

Pour les professionnels de santé exerçant en ville ou en établissement, les centres de vaccination constituent les structures locales de référence.

Jusqu’à l’âge de 6 ans, les enfants peuvent également être vaccinés gratuitement dans les centres de protection maternelle et infantile (PMI).