Des plateformes pour favoriser le diagnostic précoce des troubles du neuro-développement chez l'enfant de moins de 7 ans

Actualité
Troubles du neuro-développement

Afin de favoriser un diagnostic précoce des troubles du neuro-développement chez les enfants de moins de 7 ans, l'ARS déploie des plateformes de coordination et d’orientation dans chaque département d'Occitanie. Sur orientation par un médecin, ces professionnels accompagnent les enfants et leurs familles dans un parcours coordonné de bilan et d’interventions pour agir au plus tôt.

1. Agir tôt pour faciliter le repérage

En Occitanie on estime que plus de 21000 enfants de moins de 7 ans présentent des troubles du neuro developpement (troubles de l’apprentissage, troubles du spectre autistique, déficience intellectuelle, trouble de l’attention, de la communication…)  Jusqu’à présent le diagnostic de ces troubles intervient autour de 7 ans en moyenne. Leur repérage constitue donc une priorité car des interventions adaptées, mises en œuvre le plus précocement possible, permettent de modifier favorablement le développement des enfants.

Le médecin, premier interlocuteur des familles

En Octobre 2020 la campagne « Agir Tôt »* soutenue en Occitanie par l'ARS, visait à guider les familles dans le repérage des signes d'un développement inhabituel chez les jeunes enfants. Objectif : les inciter à consulter un médecin pour lever le doute ou enclencher une démarche de diagnostic et de bilan. L’enjeu est ainsi « d’agir tôt » alors que l’enfant bénéficie encore d’une grande plasticité cérébrale. Résultats attendus : les faire progresser vers une vie meilleure, jusqu'à parfois retrouver une trajectoire « normale », une scolarité facilitée et limiter le sur-handicap.

(*) Campagne à l'initiative de L’ANECAMPS soutenue par la Délégation interministerielle à la stratégie nationale pour l'autisme au sein des troubles du neuro-développement 

2. Accélérer le diagnostic et l'accompagnement précoce

Après la phase de repérage et la validation d’un écart de développement par un médecin,  il faut avec les familles, définir et organiser les accompagnements et les bilans, jusqu’à la stabilisation d'un diagnostic. C’est le rôle des professionnels regroupés dans une plateforme de coordination et d’orientation (PCO).

 

Des plateformes départementales pour définir et organiser les accompagnements adaptés à chaque enfant

Ces plateformes regroupent des professionnels spécialisés. L'objectif de ces équipes est de faciliter l’accès à des bilans et évaluations afin de réaliser le diagnostic, et mettre en place les interventions précoces adaptées dès les premières difficultés repérées. En effet la phase de bilan pouvant durer de un à deux ans  il est important d'intervenir sans attendre la stabilisation d'un diagnostic.

Dans le cadre de ce parcours de soins, les bilans et interventions des psychomotriciens, ergothérapeutes et psychologues libéraux, auparavant à la charge des familles, sont pris en charge par l’Assurance maladie dans la limite d’un forfait - appelé forfait précoce. Les actes des professionnels libéraux conventionnés continuent à être remboursés selon les modalités définies par l’Assurance maladie.

Pour être pris en charge, il faut :

  1. être orienté vers la plateforme par un médecin (médecine scolaire, médecin de protection maternelle infantile, médecin généraliste, pédiatre…) qui délivre une prescription médicale demandant un bilan voire des interventions ;
  2. cette demande est validée par le médecin coordinateur de la plateforme ;
  3. la plateforme met alors en œuvre les bilans nécessaires, soit auprès de structures sanitaires ou médico-sociales compétentes sur lesquelles elles s’appuient, soit auprès de professionnels libéraux ;
  4. ces derniers sont alors remboursés par la plateforme à condition d’avoir contractualisé avec elle. À noter qu’en signant ce contrat, le professionnel libéral s’engage à respecter les recommandations de bonnes pratiques établies par la HAS et à utiliser des outils recommandés par la HAS, validés scientifiquement.

Ces conditions garantissent l’articulation et la coordination du parcours de l’enfant en accord avec sa famille jusqu’à l’établissement du diagnostic. À l’issue du parcours de soin, l’enfant qui le nécessite bénéficie d’une ouverture de droits auprès de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH).

Actuellement, la région Occitanie compte 11 plateformes réparties sur 10 départements. D'ici fin 2022, l'ensemble des départements de notre région disposera d'une plateforme. Depuis leur déploiement fin 2020, plus de 1000 enfants ont pu bénéficier d'un parcours d'intervention précoce coordonné par ces professionnels.

  • La plateforme de la Haute-Garonne portée le CAMSP du CHU de Toulouse :
  • La plateforme du Gers portée par le CAMSP du Gers de l’Association des PEP 32 ;Plaquette de présentation
  • La plateforme de l’Hérault portée par le CHU de Montpellier : Plaquette de présentation
  • La plateforme du Lot portée par l’Institut Camille Miret
    Plaquette de présentation
  • La plateforme des Hautes-Pyrénées portée par le SESSAD de l’ADAPEI 65 Plaquette de présentation 
  • La plateforme du Tarn portée par le CAMSP de la Fondation du Bon Sauveur d’Alby
    Plaquette de présentation
  • La plateforme du Tarn-et-Garonne portée par le CAMSP l’Escabelle de l’Association Tarn-et-Garonnaise des CAMSP