Occitanie

Antibiorésistance

Article
L’antibiorésistance est un phénomène naturel. Néanmoins, il est accéléré par le mauvais usage des antibiotiques chez l’homme et l’animal. Les professionnels de santé peuvent se retrouver en difficulté pour traiter des infections aussi banales que les infections urinaires, la pneumonie ou la tuberculose en raison de la perte d’efficacité des antibiotiques.
Corps de texte

De plus, cette augmentation de l’antibiorésistance est source d’allongement des hospitalisations et de l’augmentation des dépenses de santé et de la mortalité1.

Selon le rapport des Dr CARLET et LE COZ2 commandé par Marisol TOURAINE, on estime chaque année à près de 160 000 le nombre de patients qui contractent une infection par un germe multirésistant en France, dont près de 16 000 infections invasives causées en majorité par des staphylocoques résistants à la méticilline et des entérobactéries résistantes aux céphalosporines de 3ième génération. Le nombre de décès liés à ces infections à Bactéries Multirésistantes (BMR) est estimé à 12 500. Face à la diffusion de bactéries multi-résistantes, en milieu hospitalier mais aussi en milieu communautaire, la lutte contre l’antibiorésistance et le meilleur usage des antibiotiques sont devenus une urgence nécessitant une mobilisation déterminée et durable. Un plan mondial a donc été mis en place et contient 5 objectifs stratégiques :

  • améliorer la sensibilisation et la compréhension du phénomène de résistance aux antimicrobiens;
  • renforcer la surveillance et la recherche;
  • réduire l’incidence des infections à BMR;
  • optimiser l’usage des agents antimicrobiens;
  • consentir des investissements durables pour combattre la résistance aux antimicrobiens.

 

L’axe 2 du Programme national d’actions de prévention des infections associées aux soins (PROPIAS) 2015 vise à renforcer la prévention et la maîtrise de l’antibiorésistance dans l’ensemble des secteurs de l’offre de soins.

Selon le rapport de l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et de l’Institut de veille sanitaire (InVS) du 18 novembre 20143, la consommation française d’antibiotiques est supérieure d’environ 30% à la moyenne européenne. Un objectif de diminution des consommations des antibiotiques en établissement de santé et en extra-hospitalier a été indiqué dans le plan national d’alerte sur les antibiotiques 2011-2016 publié en novembre 2011 par le Ministère chargé de la Santé, afin de rejoindre la moyenne européenne d’ici 5 ans.

1. Résistances aux antibiotiques. OMS. Disponible sur  http://www.who.int/mediacentre/factsheets/antibiotic-resistance/fr/
2. Jean Carlet, Pierre Le Coz. Tous ensemble, sauvons les antibiotiques. Juin 2015 : 32 p
3. Consommation d’antibiotiques et résistance aux antibiotiques en France : nécessité d’une mobilisation déterminée et durable (18/11/2014) : http://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Consommation-d-antibiotiques-et-resistance-aux-antibiotiques-en-France-necessite-d-une-mobilisation-determinee-et-durable-Communique  
 

Données régionales

Établissement de santé : présentation effectuée lors de la journée des référents en antibiothérapie par les ARLIN régionaux des données de consommation et de résistance.

Ville : données de consommation extraites du centre de ressource Medqual®

Actions régionales

  • Formations/informations
    - Journée des référents en en antibiothérapie
            - 2017
            - 2016
    - Semaine mondiale pour le bon usage des antibiotiques du 13 novembre au 19 novembre 2017
            - Transmission aux référents en antibiothérapie et en hygiène par le CPIAS Occitanie d’un quizz élaboré par le SMIT de Perpignan. Ce quizz est destiné à être diffusé au
               au sein des établissements de santé
  • Dispositifs soutenus par l’ARS :

    Mise en place d’un « réseau » GRIVE de médecins généralistes référents en infectio-vigilance ayant pour objectif d’optimiser les prescriptions d'antibiotique, d’informer sur la vaccination, les pathologies émergentes et à risque épidémique, de prévenir la transmission et la diffusion des bactéries multirésistantes, de prendre en compte les représentations des patients : https://www.grive-occitanie.fr/

    Déploiement de l’outil Consores dans les établissements de santé de la région. Consores est un outil informatique permettant d’aider les établissements de santé à recueillir les informations relatives aux consommations d’antibiotiques et aux résistances bactériennes : www.consores.net/

    Outil européen e-Bug proposant des éléments pour sensibiliser les élèves d’écoles primaires, de collèges et de lycées à la transmission, la prévention et le traitement des infections : http://www.e-bug.eu/fr_home.aspx?ss=1&cc=fr&t=Bienvenue%20sur%20le%20site%20e-Bug!

Réglementation et programmes :

 

Aller plus loin

Contact

Contenu

Patricia DESCAMPS-MANDINE
Pharmacien inspecteur de santé publique
Référent ARS dans la lutte contre l’antibiorésistance
patricia.descamps-mandine@ars.sante.fr