Occitanie

Le traitement de l’eau

Article
Visuel
Prélévement d'eau sur la grève d'une rivière
Crédit : Fotolia
Pour s’assurer que l’eau fournie pour la consommation humaine est bien conforme aux exigences de qualité, il est le plus souvent nécessaire de traiter l’eau avant de la distribuer aux consommateurs. Ce traitement peut aller d’une simple chloration à des stations complètes de traitement mettant en œuvre différents procédés.
Corps de texte

Chaque ressource en eau a ses propres caractéristiques, mais il est malheureusement rare qu’une ressource en eau soit propre à la consommation sans aucun traitement. Le traitement de l’eau vise à modifier les caractéristiques de l’eau dite « brute » afin respecter les limites de qualité et de s’assurer qu’elle ne présente aucun danger pour la santé.

Certaines ressources en eau sont de qualité conforme à la règlementation et ne sont donc pas traitées. Ces ressources sont contrôlées en continu pour s’assurer qu’elles restent propres à la consommation. Parfois, un mélange entre deux eaux aux caractéristiques complémentaires permet d’obtenir un mélange conforme sans autre traitement.

Plusieurs procédés sont utilisés pour le traitement de l’eau, leur complexité et leur coût sont très variables Les traitements ci-dessous n’existent pas sur toutes les filières, la complexité d’un traitement dépend de la qualité de l’eau à traiter. On retrouve par exemple souvent sur des ressources petites ou moyennes, en zone montagneuse notamment, seulement une filtration simple et une chloration. Attention cependant, une eau limpide même en haute montagne n’est pas nécessairement sans danger, la plupart des substances ou agents pathogènes dangereux sont invisibles à l’œil nu !).

Pour des ressources touchées par des pollutions naturelles ou dues aux actions humaines, d’autres traitements intermédiaires sont souvent nécessaires.

Dégrillage ou tamisage : La plupart des ressources, en particulier celles en contact avec la surface, contiennent des matières diverses. Une filtration des gros obstacles (dégrillage) puis des plus petits (tamisage, souvent avec sable plus ou moins fin) permet de séparer ces obstacles de l’eau.

Floculation puis décantation ou flottation : Après avoir éliminé les objets visibles dans l’eau par tamisage, des particules invisibles à l’œil nu peuvent rester dans l’eau et gêner la désinfection. Il est donc nécessaire de regrouper ces particules en utilisant un floculant, puis de laisser décanter ou flotter les « flocs » ainsi formés pour les retirer ensuite.

Aération ou « stripping » : Certains polluants sont volatiles (hydrocarbures, gaz dissous, radon) et peuvent être éliminés en aérant l’eau passivement ou activement par injection d’air. Les polluants volatiles sont alors évacués avec l’air.

Filtrations : Malgré la floculation certaines substances microscopiques peuvent subsister. Selon leur taille, on utilise alors des filtres de plus en plus fins (ultrafiltration, osmose inverse, nano filtration).  Ces procédés ciblent notamment certains pesticides.

Charbon actif : L’utilisation de charbon actif, en grain ou en poudre, remplit plusieurs fonctions. Elle retire (ou adsorbe) les substances responsables de goûts ou odeurs inhabituels dans l’eau.  Elle adsorbe aussi certains pesticides, hydrocarbures ou métaux lourds.

Affinages divers : D’autres traitements peuvent être appliqués pour certaines substances particulières.

Certains traitements ciblent les mêmes paramètres, mais peuvent être utilisés en complément pour supprimer un plus grand pourcentage de ces substances, ou encore pour éviter de consommer une quantité excessive de réactifs.

Afin d’éviter d’employer un traitement complexe et donc coûteux, il est important de choisir des ressources en eau de bonne qualité et donc de protéger ces ressources en eau.

Désinfection : Les paramètres microbiologiques peuvent être présents dans quasiment toutes les ressources et ne sont pas tolérables dans l’eau potable. Il est alors nécessaire d’appliquer un traitement désinfectant, le plus simple et accessible étant le chlore. La chloration demande une faible quantité de chlore (environ une goutte pour  1000 litres d’eau) et désinfecte durablement l’eau. D’autres techniques de désinfection existent, mais ne permettent pas de maintenir la désinfection en aval de la station de traitement : Ozonation, rayons Ultra-violets. La désinfection ne fonctionne cependant que pour des ressources de bonne qualité physique et chimique, car d’autres substances ou matières présentes dans l’eau empêchent de neutraliser les agents pathogènes.