Occitanie

La qualité des ressources en eau

Article
Visuel
Verre d'eau rempli depuis un robinet
Crédit : Fotolia
La qualité de l’eau potable passe avant tout par la préservation de la ressource. Préserver chaque ressource permet à la fois de lutter contre les pénuries, de limiter les nouveaux investissements en matière de traitement et de nouvelle filière mais aussi de sauvegarder la qualité de l’eau pour l’ensemble de l’environnement.
Corps de texte

La notion de qualité de l’eau et de sécurité sanitaire de l’eau évoque souvent la qualité du traitement que l’on applique à l’eau potable.

Mais cette sécurité sanitaire commence dès la ressource. En effet, il existe un ensemble de mesures règlementaires et de protections physiques simples qui permettent de limiter grandement les risques de l’eau potable, et donc de limiter les traitements.

La protection des captages d’eau potable passe par la Déclaration d’Utilité Publique (DUP), instruit par l’Agence Régionale de Santé et validé par la préfecture après consultation. Ce document nécessite que la sécurité sanitaire de ressource en eau soit démontrée, et il prévoit plusieurs aménagements ainsi que des restrictions variables d’usage des sols afin de garantir que la ressource soit préservée dans le long terme.

Une fois que l’eau est déclarée conforme à l’implantation d’un captage (parfois à posteriori), plusieurs périmètres de protection sont instaurés :

  • Le Périmètre de Protection Immédiate (PPI), dans lequel aucune activité n’est autorisée en dehors de celles liées au captage. Ce périmètre doit aussi être propriété de la commune et clôturé afin d’éviter des intrusion animales ou humaines. (image)
  • Le Périmètre de Protection Rapprochée (PPR), variable selon la DUP de la ressource, dans lequel différentes restrictions s’appliquent selon le secteur et le type de captage : restrictions sur l’agriculture (pesticides interdits notamment), sur la sylviculture, sur la circulation motorisée, sur d’éventuelles industries polluantes. Ce périmètre a une surface très variable selon le type de captage, et selon la zone pouvant contaminer le captage notamment par ruissellement des eaux de pluie (bassin versant).
  • Le Périmètre de Protection Eloignée (PPE), facultatif, permet de restreindre ou contrôler certaines activités éloignées mais susceptibles d’être à l’origine de pollutions importantes. Ce dernier périmètre peut concerner n’importe quel point à risque du bassin versant.

Certaines ressources, souvent anciennes, n’ont pas de Déclaration d’Utilité Publique ou n’ont pas mis en place toutes les mesures prévues au sein des Périmètres de Protection. Bien que la qualité de l’eau potable soit analysée lors du contrôle sanitaire, il est préférable de s’adresser à l’Agence Régionale de Santé pour connaître l’état de cette DUP. Une DUP à jour et respectée est obligatoire et permet d’éviter préventivement de possibles risques sanitaires, sans forcément avoir recours à des traitements.

Au-delà de la démarche de la DUP, il est important d’intégrer les captages d’eau dans toute évolution d’une aire urbaine ou d’activités humaines.