Occitanie

Appel à projets régional « fonds de lutte contre le tabagisme »

Appel à projets / candidatures
Environnement, santé publique et prévention
Statut
En cours d'attribution
Accroche
La région Occitanie se place en 3ème position des régions françaises en terme de prévalence du tabagisme.
Selon le baromètre santé 2016 (CREAI‐ORS LANGUEDOC‐ROUSSILLON MIDI‐PYRENEES | SEPT 2017), plus d’un tiers (34,6%) des habitants d’Occitanie âgés de 15 à 75 ans fument, 27,4% de façon quotidienne et 7,2% occasionnellement.
Corps de texte

Contexte général

La France compte près de 13 millions de fumeurs quotidiens. En 2016, 28,7% des français déclarent consommer du tabac quotidiennement. Le tabac constitue la première cause de mortalité évitable (73 000 décès par an), de mortalité précoce (avant 65 ans), de mortalité par cancer (45 000 décès par an) et de mortalité par maladies cardiovasculaires (16 500 décès par an). Par ailleurs, il pèse lourdement sur les comptes de la nation et en particulier sur les dépenses de santé. Ces taux sont parmi les plus élevés recensés dans les pays occidentaux et dans le monde pour certaines tranches d’âge.

La région Occitanie se place en 3ème position des régions françaises en terme de prévalence du tabagisme.

Selon le baromètre santé 2016 (CREAI‐ORS LANGUEDOC‐ROUSSILLON MIDI‐PYRENEES | SEPT 2017), plus d’un tiers (34,6%) des habitants d’Occitanie âgés de 15 à 75 ans fument, 27,4% de façon quotidienne et 7,2% occasionnellement.

Par ailleurs, le tabagisme quotidien des 15-24 ans apparait plus fréquent chez les hommes que chez les femmes dans le reste de la France, alors que ce constat s’inverse dans la région Occitanie.

Pour répondre à cette situation, dans le cadre du Plan cancer 2014-2019, le premier programme national de réduction du tabagisme (PNRT) a été lancé en septembre 2014 et porte des ambitions fortes de réduction du tabagisme d’ici à 2019 (baisse de 10% de fumeurs quotidiens de 18 à 75 ans) et au-delà. En 2017, de nombreuses actions emblématiques du PNRT 2014-2019 (paquet neutre, Mois Sans Tabac, autorisation de prescription pour de nouvelles professions, notification des caractéristiques des produits du tabac, transparence tabac….) ont été réalisées.

En trois ans, la diminution du tabagisme quotidien pour les jeunes de 17 ans qui passe, entre 2014 et 2017, d’un tiers à un quart est une première embellie. Ce bilan encourageant est à poursuivre et à consolider avec le déploiement d’un programme national de lutte contre le tabac (PNLT) et les actions des programmes régionaux de réduction du tabagisme.

Pour accompagner cette politique ambitieuse, la ministre des solidarités et de la santé vient de lancer au printemps 2018, dans le cadre du Plan national de santé publique et, avec le ministre de l’action et des comptes publics, le programme national de lutte contre le tabac (PNLT) pour les années 2018 à 2022.